Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 13 avril 2010

Carlo Gervasoni


Corpsyphonie propose sur ce site quelques biographies pour rendre hommage à ces musiciens qui ont contribué en leur temps par leurs compositions, leurs écrits ou par leur enseignement à propager l'apprentissage vocale.

La Biographie de Juste Adrien de Lafage a été récemment publiée. Elle fait référence à plusieurs musiciens de son époque ou de temps plus anciens.
Si pour les plus connus d'entre eux, il est facile de trouver la biographie, pour d'autres c'est bien plus difficile. Après celle de Koch,


c'est le cas de celle de
Carlo Gervasoni

Charles Gervasoni

(1762-1819)

Bibliographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, par F.J.Fétis, deuxième édition, Librairie de Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Tome 3, 1869, pages 467-468.

GERVASONI (Carlo), écrivain sur la musique, naquit à Milan, le 4 novembre 1762.
Ses parents le destinaient à l'état ecclésiastique et lui firent faire des études littéraires et musicales. Le goût de la musique devint bientôt si vif en lui, qu'il ne fit que peu de progrès dans les sciences physiques et mathématiques pour lesquelles il avait été envoyé a l'École de Brera. Après avoir renoncé à entrer dans un monastère, il s'était décidé à embrasser la profession d'ingénieur; mais celle-ci fut à son tour oubliée pour la musique.
Après la mort de son père, Gervasoni fit un voyage à Naples, dans le but d'augmenter ses connaissances dans les différentes parties de la musique. Il jouait du violon, de l'archiluth, du clavecin; cependant, au lieu de se livrer uniquement à la culture de l'art, il se fit négociant.
Après deux années passées en spéculations infructueuses,il se retira des affaires, et ne s'occupa plus que de la musique.
La lecture des traités de théorie et d'histoire concernant cet art devint son occupation habituelle, et bientôt il fut assez habile pour donner des leçons de clavecin et de musique vocale.
En 1789, il fut appelé à Borgo Taro, en qualité de maître de chapelle de l'église principale, et la plus grande partie de sa vie s'écoula dans l'exercice des fonctions de cette place.

La Société italienne des sciences, belles-lettres et arts, ayant été fondée en 1807, Gervasoni fut nommé un des membres de la section de musique qui fut composée de lui, de Paisiello, de Zingarelli, de Fr. Canetti, d'Ambroise Minoja, du P. Mattei, de J. Buccioni et de M. Santucci.

Gervasoni est mort à Milan, le 4 juin 1819, à l'âge de cinquante-sept ans.


Ce musicien s'est fait connaître par la publication des ouvrages dont les titres suivent :
  • La Scuola della Musica in tre parti divisa, Placenza, 1800, un volume de texte de cinq cent cinquante-deux pages, et un volume d'exemples gravés.
    - La première partie, précédée d'un discours préliminaire où il est traité du système musical des Grecs et de l'ancienne solmisation, est une introduction générale à la pratique de la musique.
    - La deuxième est relative aux éléments de cet art, et renferme un aperçu du mécanisme des divers instruments.
    - La troisième partie traite de la composition.

    Cet ouvrage manque de la netteté et de la précision nécessaires aux livres élémentaires, et Gervasoni est souvent verbeux où il aurait fallu être concis. Beaucoup de renseignements sur les instruments donnés dans ce livre sont surannés ou incomplets.

    Les deux premières parties de l'ouvrage de Gervasoni ont servi de base au premier volume du Manuel complet de musique vocale et instrumentale, ou Encyclopédie musicale, par A.·E. Choron et M. Adrien de Lafage (Paris, 1836, in-18).
    Il y a lieu d'être étonné que Choron ait choisi pour introduction de sa compilation un livre si peu d'accord avec ses idées philosophiques. Il aurait pu prendre pour toute la partie élémentaire, l'harmonie et la composition, celui de Galeazzi (voyez ce nom), bien supérieur à l'autre.
  • Carteggio musicale di Carlo Gervasoni con diversi suoi amici professori, e maestri di cappella, in cui si dimostra l'utilità della Scuola della musica, si propongeno e si sciolgono aleuni dubbi alla medesima Scuola relativi, etc., Parme, 1804, presso Luigi Mussi, cent cinquante-six pages in-8°. Une deuxième édition de cette correspondance a été publiée à Milan, dans la même année (presso Agnelli, 1804), en cent quarante-neuf pages in ·8°. Ainsi que le titre l'indique, ce recueil de lettres a été publié dans le but de favoriser le succès de la Scuola della musica. Dans la dernière lettre, Gervasoni donne une notice prolixe de sa vie.
  • Nuova Teoria di Musica ricavata dall' odierna pratica, ossia metodo sicuro e facile in pratica per ben apprendere la musica, a cui si fanno precedere varie notizie storico-musicali, Parme, dalla stamperia Blanchon, 1812, in-8° de quatre cent cinquante-cinq pages. Ce volume est l'ouvrage le plus intéressant de l'auteur; il contient (p. 13-75):
    - des notions sur la situation de la musique en Italie à l'époque où il fut publié
    - des notices biographiques sur les musiciens italiens du dix-huitième siècle, où sont des renseignements qui n'existent point ailleurs (p. 77-302)
    - enfin, des considérations générales sur les diverses parties de la théorie et de la pratique de la musique.

Aucun commentaire: