Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 15 février 2011

François-Joseph Fétis (dernière partie: bibliographie)


Cinquième partie de la biographie de



Bibliographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, par F.J.Fétis, deuxième édition, Librairie de Firmin Didot Frères, Fils et Cie, Tome 3, 1869, pages 226-239.

 
Bibliographie
(1869)


Les productions que Fétis a publiées jusqu'à ce jour, sont celles dont les titres suivent :





I. MUSIQUE INSTRUMENTALE.
  • 1° Pièces d'harmonie à huit parties, Paris, Lemoine.
  • 2° Fantaisie pour le piano sur l'air O pescator dell' onda, Paris, Ph. Petit.
  • 3° Fantaisie pour le piano sur la ronde du Petit Chaperon, Paris, Boïeldieu.
  • 4° Trois suites de préludes progressifs pour le piano, Paris, A. Petit.
  • 5° Sextuor pour piano à quatre mains, deux violons, alto et basse, op. 5. Paris, Michel Oxy; 2e édition, Paris, Brandus.
  • 6° Fantaisie chromatique pour le piano, op. 6. Ibid.
  • 7° Trois sonates faciles pour piano à quatre mains, op. 7. Paris, A. Petit.
  • 8° Grand duo pour piano et violon, op. 8. Paris, Launer.
  • 9° Variations à quatre mains pour le piano sur l'air : L'amour est un enfant trompeur, Paris, Ph. Petit.
  • 10° Marche variée pour le piano, ibid.
  • 11° Ouverture de concert à grand orchestre, Brunsvvick, Mayer.
  • 11° (bis) Premier et deuxième quintettes pour deux violons, deux altos et violoncelle, Paris, Brandus, et Mayence, Schott, en parties séparées et en partition. De plus, environ cent cinquante morceaux de tous genres, écrits pour la lecture à première vue, aux concours du Conservatoire de Bruxelles pendant vingt-huit ans, lesquels consistent en solfèges, pièces pour le piano, solos pour tous les instruments, avec accompagnement de quatuor, etc.

II. OPERAS.
  • 11°(ter) L'amant et le Mari, opéra comique en deux actes, représenté au théâtre Feydeau, en 1820.
  • 12° Les Sœurs jumelles, en un acte, représenté au même théâtre, en 1823.
  • 13° Marie Stuart en Écosse, 3 actes (1823).
  • 14° Le Bourgeois de Reims, en un acte, ouvrage composé pour le sacre de Charles X, et représenté en1824.
  • 15° La Vieille, en un acte, représenté au théâtre Feydeau, en 1826.
  • 16° Le Mannequin de Bergame, en un acte, au théâtre de la rue Ventadour, en 1832.
  • 17° Phidias, en 2 actes, pour l‘Opéra (non représenté).

III. MUSIQUE DE CHANT
  • 18° Deux nocturnes italiens et une canzonnette, Paris, Pleyel.
  • 19° Miserere, pour trois voix d'homme, sans accompagnement, Paris, A.Petit.
  • 20° Messe de Requiem, pour quatre voix et chœur, avec accompagnement de six cors, quatre trompettes, trois trombones, saxhorn, bass-tuba, bombardon, orgue obligé, violoncelles, contrebasse et timbales, exécutée le 14 octobre 1850, pour le service funèbre de la reine des Belges. Paris, chez Meissonier, partition et parties séparées.
  • 20°(a) Six messes faciles pour l'orgue, composées sur le plain-chant de l'église accompagné, avec des versets, des introductions et des conclusions. Paris, H. Lemoine, 1839, 1 vol. in-fol.
  • 20°(b) Vêpres et saluts du dimanche pour l'orgue, avec le chant des hymnes et des antiennes de la Vierge, précédés d'une instruction sur l'accompagnement des psaumes, Paris, Ve Canaux, 1843, un cahier in-fol. Oblong.

IV. MUSIQUE D'EGLISE (non publiée).
  • 21° Messe à cinq voix et chœurs, avec orgue, violoncelle obligé et contrebasse.
  • 22° Plusieurs messes, motets, litanies, hymnes et antiennes pour trois, quatre et cinq voix, avec orgue, composés dans un nouveau système pour la chapelle de la reine des Belges.
  • 22°(bis.) Lamentations de Jérémie, à six voix et orgue.

V. MUSIQUE INSTRUMENTALE (non publiée).

  • 23° Une très grande quantité de pièces d‘orgue de tout genre.
  • 24° Soixante fugues et préludes fugués pour le même instrument. Un choix de ces pièces fait partie de la Science de l'organiste, ouvrage non encore achevé.
  • 25° Symphonies à grand orchestre (en mi bémol).
  • 26° Fantaisie pour piano et orchestre.
  • 27° Deux quintettes pour deux violons, deux violes et violoncelle,
  • 28° Un sextuor pour deux violons, deux violes, violoncelle et contrebasse.
  • 29° Un quatuor pour piano, violon, viole et basse. Toutes les premières productions de Fétis, telles que symphonies, symphonies concertantes, concertos de violon et de piano, quatuors, messes, offertoires, etc., ont été anéanties, à l'exception de trois quatuors, composés à l'âge de douze ans, conservés par curiosité.

VI OUVRAGES DIDACTIQUES, HISTORIQUES ET CRITIQUES
publiés ou prèts à paraître.

  • 30° Méthode élémentaire et abrégée d'harmonie et d'accompagnement, suivie de basses chiffrées, Paris, 1824, in-4°, Ph. Petit. Une deuxième édition, revue avec soin, a été publiée à Paris,en 1836, chez Mme Lemoine (plus tard Aulagnier), in-4°. Il en a été fait une troisième, portative, grand in-8°, Paris, Aulagnier, 1841; on y a supprimé les exercices d'accompagnement de la basse chiffrée. Une traduction italienne de cet ouvrage a été publiée à Naples, chez Girard, en 1836, et une autre a paru à Turin, chez Pomba. M. Bishop, de Cheltenham, en a donné une traduction anglaise intitulée: Elementary and abridged Method of Harmony and accompaniment, followed by progressive exercices in every key, etc., Londres, Robert Cocks et Ce (sans date), 1835, grand in-4°.
  • 31° Traité de la fugue et du contrepoint, composé pour l‘usage du Conservatoire. Paris, Troupenas, 1825, deux parties in-4°. Une deuxième édition, avec des additions concernant le style instrumental, à Paris, chez Brandus, en 1846.
  • 32° Traité de l’accompagnement de la partition, Paris, 1829, Pleyel, in-4°. Ouvrage d’un genre neuf, le seul qui existe sur cette matière.
  • 33° Solfèges progressifs, avec accompagnement de piano, précédés de l'exposition raisonnée des principes de la musique, Paris, 1827, M. Schlesinger, in-4°. Quatre éditions de cet ouvrage ont paru jusqu’en 1857. On en prépare une cinquième avec des additions considérables.
  • 34° Revue musicale, huit années, 1827-1834, quinze volumes, dont dix in-8° et. cinq in-4°.
  • 35° Mémoire sur cette question mise au concours en 1828, par la quatrième classe de l'institut des Pays-Bas : Quels ont été les mérites des Néerlandais dans la musique, principalement aux quatorzième, quinzième et seizième siècles, etc. Ce mémoire a été imprimé aux frais de l'Institut, conjointement avec celui de R.G. Kiesevvetter, qui a obtenu le prix, sous ce titre hollandais: Verhandelingen over de vtaag, etc. (Mémoires sur la question, etc.) Amsterdam, J. Muller et Ce, 1829, un vol. in·4°.
  • 36° La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié, Paris, Mesnier, 1830, un vol, ln-8°. Dans la même année il fut fait une deuxième édition de ce livre à Liège, chez Collardin, en un vol. in·12, avec le consentement de l'éditeur de Paris. Une troisième édition, augmentée de plusieurs chapitres et d‘un dictionnaire des termes de musique dont l'usage est habituel, a paru à Paris, chez Paulin, en 1834, un vol. in-12. Cette édition a été tirée à quatre mille exemplaires. Une quatrième édition a été publiée par Brandus et Ce, avec des augmentations considérables. Paris, 1847, un vol. in-8°. Il a été fait une contrefaçon de ce même livre à Bruxelles, chez Haumann et Ce, 1839, un vol. in-18, et une autre, à Bruxelles, chez Meline, Cans et Ce, 1840, un vol. in-18. Blum a publié une traduction allemande de cet ouvrage sous ce titre : Die Musik, Handbuch für Freunde und Liebhaber dieser Kunst, Berlin, 1830, un vol. in-12. On a fait aussi une traduction anglaise du même livre, intitulée : The Music made easy, Londres, 1831, un vol. in-12. L'Académie de musique de Boston (Amérique) en a fait faire une autre traduction qui fut revue sur la seconde édition de Paris, et qui a été publiée sous ce titre: Music explained to the World ; or How to understand Music and enjoy its performance. Translated far the Boston Academy of Music. Boston, B. Perkins, 1842, petit in-8*. Cette traduction a été réimprimée à Londres, en 1844, chez Clarke et Ce, un vol. petit in-8°, et donné comme une traduction nouvelle. Le même ouvrage a été traduit en espagnol, sons ce titre : La Musica puesta al alcance de Todos. O sea breve esposicion de todo le que es necessario para juzgar de esta arte y hablar de ella sen haberla estudiado. Escrita en Frances por etc., traducida y anotada por A. F. S. (Soriano-Fuertes), Barcelona, 1840, un vol. petit in-8°. Une traduction italienne a été annoncée dans la Gazette musicale de Milan, par M. Picchianti. Enfin, H. Belikoff, inspecteur de la chapelle impériale de Russie, en a fait imprimer une traduction en langue russe, Salnt·Pétersbourg, 1833, un vol. in·8°.
  • 36° Curiosités historiques de la musique, complément nécessaire de la Musique mise à la portée de tout le monde. Paris, Janet et Cotelle, 1830, un vol. in·8°. Ce volume ne contient qu'un choix d‘articles historiques de la Revue musicale.
  • 37° Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, précédés d’un résumé philosophique de l'histoire de cet art, Paris et Bruxelles, 1834 et années suivantes, huit volumes grand in-8°. Vingt années ont été employées en recherches de tout genre pour le perfectionnement de cet ouvrage, qui peut être constaté par la comparaison de cette seconde édition avec la première.
  • 38° Manuel des principes de musique, à l'usage des professeurs et des élèves de toutes les écoles, particulièrement des écoles primaires, Paris, 1837, Schlesinger (Brandus), un vol. in-8°.
  • 39° Traité du chant en chœur, à l'usage des directeurs d‘écoles de chant, et des chefs de chœurs des théâtres, Paris, 1837, Schlesinger (Brandon), in-4°.
  • 40° Manuel des jeunes compositeurs, des chefs de musique militaire et des directeurs d'orchestre, Paris, 1837, Schlesinger (Brandus), un vol. gr. in -8°.
  • 41° Méthode des méthodes de piano, analyse des meilleurs ouvrages qui ont été publiés sur l'art de jouer de cet instrument; livre composé pour l'usage du Conservatoire royal de musique de Bruxelles, Paris, Schlesinger (Brandus),1837, grand in-4°. Une traduction italienne de cet ouvrage a été publiée à Milan, chez Ricordi, en 1841, sous le titre de: Metodo dei metodi di piano-forte, ossia trattato dell' arte di suonar quest’ istrumento. Cette traduction est l'ouvrage d'Antolini. Il en a paru une autre dans la même année, à Florence, chez Cipriani.
  • 42° Méthode des méthodes de chant, analyse des principes des meilleures écoles de l'art de chanter, Paris, Brandus (sous presse).
  • 43° Esquisse de l'histoire de l'harmonie, considérée comme art et comme science systématique, Paris, Bourgogne, 1840, un vol. in-8° de 178 pages, tiré à cinquante exemplaires seulement pour les amis de l‘auteur; n’a pas été mis dans le commerce.
  • 44° Méthode élémentaire du plain-chant, Paris, Ve Canaux, 1843, 1 vol. gr. in·8°.
  • 45° Traité complet de la théorie et de la pratique de l'harmonie, Paris, Schlesinger, 1844, un vol. gr. in-8°, - 2e édition, Brandus, 1846. - 3e édition (ibid.), 1847. - 4e édition, augmentée d‘une préface philosophique et de notes (ibid.), 1849. - 5e édition (ibid.), 1853. - 6e édition, G. Brandus et Dufour, 1857. La publication de ce litre a produit la plus vive sensation, non-seulement en France, mais à l'étranger. Fétis considère cet ouvrage et son Traité du contrepoint et de la fugue, comme ses productions les plus originales et les fondements les plus solides de sa réputation. Deux traductions italiennes de ce livre ont paru en même temps : toutes deux sous le titre de : Trattato completo della teoria e della pratica dell' armonia. La première, ouvrage de M. Mazzucato, a été publiée à Milan, par Jean Ricordi, en 1842, un vol. grand in·8°, imprimé en caractères mobiles; l'autre par M. Emmanuel Gambale, chez F. Lucca, dans la même ville, un vol. in-fol. gravé. M. Gil, professeur d'harmonie au Conservatoire de Madrid, en a donné une traduction espagnole intitulée : Tratado complete de la teoria y practica de la armonia, Madrid, Salazar (sans date], un vol. in-fol. Le même professeur a resserré la doctrine exposée dans cet ouvrage en un volume de peu d‘étendue intitulé : Tratado elementar teorico pratico de armonia, Madrid, 1856, grand in-8°. Enfin, M. Vanderdoodt a exposé la même doctrine dans le livre en langue flamande qui a pour titre : Harmonie Leere ten gebruike der organisten, Brussel, 1852, un vol. gr. in-8°.
  • 46° Notice biographique de Nicolo Paganini, suivie de l'analyse de ses ouvrages, et précédée d’une esquisse de l'histoire du violon, Paris, Schonenberger, 1851, grand in-8° de 95 pages.
  • 47° Traité élémentaire de musique, contenant la théorie de toutes les parties de cet art (dans l'Encyclopédie populaire). Bruxelles, Jamar, 1831-1832, deux parties in·12. Sept mille exemplaires de ce livre ont été vendus.
  • 48° Antoine Stradivari, luthier célèbre, connu sous le nom de Stradivarius; précédé de recherches historiques et critiques sur l'origine et les transformations des instruments à archet, et suivi d’analyses théoriques sur l'archet et d'une notice sur François Tourte, auteur de ses derniers perfectionnements, Paris, Vuillaume, luthier, 1856, un vol. in-8°, illustré de figures d‘instruments. Cet ouvrage, tiré à mille exemplaires, a été donné en cadeau aux artistes et amateurs, et n‘a point été mis dans le commerce.
  • 49° Exposition universelle de Paris, en 1855. Fabrication des instruments de musique. Rapport de M. Fetis, membre du jury, rapporteur de la 27e classe, Paris, imprimerie impériale, 1856, dans les volumes des rapports généraux, et tiré à part, gr. in-4° de 54 pages à 2 colonnes.
  • 50° Mémoire sur cette question : Les Grecs et les Romains ont-ils connu l'harmonie simultanée des sons? En ont-ils fait usage dans leur musique? dans les Mémoires de l‘Académie royale de Belgique, tome XXXI.
    On trouve, du même, dans les Bulletins de la même Académie :
    • 1° Note sur une trompette romaine trouvée récemment aux environs de Bavay. (Tome XIII, 18-16).
    • 2° Recherches sur les instruments dont il est parlé dans la Bible (ibid.).
    • 3° Discours sur le progrès dans les arts (ibid.),
    • 4° Rapport sur la rédaction d‘une histoire des arts en Belgique (ibid.).
    • 5° Rapport sur trois Mémoires présentés en réponse à la quatrième question de la classe des beaux-arts de l'Académie (1), t. XIV, 1847, 50 pages d'impression.
    • 6° Discours prononcé à la séance publique du 24 septembre 1847 (ibid.).
    • 7° Rapport sur une notice de M. le comte de Robiano, intitulée : Mémoire sur la musique antique de la Grèce (tome XV, 1848).
    • 8° Rapport sur un Mémoire présenté au concours de 1848, en réponse à la quatrième question de la classe des beaux-arts (ibid.).
    • 9° Note sur les véritables fonctions de l‘oreille dans la musique (tome XVI, 1849).
    • 10° Discours prononcé dans la séance publique du 25 septembre 1849 (ibid.),
    • 11° Note sur les conditions acoustiques des salles de concert et de spectacle (ibid.)
    • 12° Sur l‘état actuel de la facture des orgues en Belgique, comparée à sa situation en Allemagne, en France et en Angleterre (tome XVII, 1850).
    • 13°* Sur les documents relatifs à l'histoire de l‘art en Belgique (tome XVIII, 1851).
    • 14° Sur la situation ancienne et moderne de la musique en Espagne, (tome XIX, 1852).
    • 15° Sur un nouveau système de musique dramatique, (ibid.).
    • 16° Discours prononcé à la séance publique de Ia classe des beaux-arts de l‘Académie, le 25 septembre 1852 (ibid.).
    • 17° Discours prononcé dans la séance publique de la classe des beaux-arts, le 25 septembre 1855 (tome XXII).
    • 18° Sur les progrès de la facture des orgues en Belgique, dans les dernières années, (tome XXIII, 1856).
    • 19° Rapport sur un Mémoire de MM. Fraselle et Germain, relatif à l‘emploi qui aurait été fait du quart de ton dans le chant grégorien au moyen âge (tome XXIV, 1857).
    • 20° Note sur la découverte récente des plus anciens monuments de la typographie musicale, et, par occasion, sur les compositeurs belges du XVe siècle (tome XI, 2e série, 1861).

    (1) Cette question était ainsi conçue:
    Faire l'exposé des principes de chacun des système de notation musicale qui peuvent être ramenés à trois types principaux, à savoir : les chiffres, les lettres de l'alphabet, et les combinaisons de signes arbitraires ou sténographiques.
    - Examiner si ces systèmes sont conçus de manière à pouvoir représenter, par leurs signes, toute combinaison quelconque de la musique, sans laisser de doutes par l'aspect de leur ensemble, ou s'ils ne sont applicables qu'à certains cas et dans certaines limites.
    - Démontrer l'une ou l‘autre hypothèse par des exemples.
    - Déduire à priori les conséquences inévitables de la substitution d‘un système quelconque de notation à celui qui est en usage, abstraction faite du mérite du système.



Fétis a publié dans la Gazette musicale de Paris, et dans la Revue de la musique religieuse, une multitude d’articles de critique, de théorie, d’histoire et de philosophie de la musique, formant plus de 2 500 pages d‘impression, 1836-1860.

VI. OUVRAGES NON PUBLIES.

  • 51° La Science de l’organiste, traité complet de cet instrument, de ses effets, des divers systèmes de l'accompagnement du plain-chant, avec tout l'office catholique-romain, un grand nombre de pièces de tout genre, et un choix de morceaux des plus célèbres organistes italiens, allemands et français, depuis le seizième siècle jusqu'à l'époque actuelle. Deux cent cinquante pages environ de cet ouvrage sont imprimées.
  • 52° Philosophie générale de la musique, un vol. ln-8°. Ce livre, quoique borné à un seul volume, est le travail le plus considérable de l‘auteur, à cause des difficultés du sujet et du point de vue où Fétis s'est placé. Il a été abandonné et repris vingt fois en quarante ans. ...
  • 53° Histoire générale de la musique, ouvrage dont plusieurs parties, qui exigeaient les recherches les plus minutieuses, sont entièrement terminées. Il formera six volumes in-8° avec deux volumes de monuments historiques, in-4°.
  • 54° Souvenirs d’un vieux musicien (Mémoires sur la vie de l'auteur et sur ses relations avec les hommes les plus célèbres dans l‘art et dans la science, pendant soixante ans).
  • 55° De la collection de traités de musique du moyen âge, annoncée dans la première édition de la Biographie, Fétls s‘est borné à l‘ouvrage de Francon de Cologne, texte et traduction française avec la restitution exacte des exemples notés, d‘après de bons manuscrits inexplorés; et à la collection des œuvres théoriques de Tïnctoris, dont le texte, tiré des manuscrits qui appartiennent à Fétis, a été collationné sur les manuscrits de Gand et de Bologne, et dont la traduction est entièrement terminée. Des rapports de MM. Van Hasselt et Snel sur ce grand travail ont été faits à l'Académie royale de Belgique, et insérés dans le tome XII de ses bulletins, 2e série, 1861.
  • 56° Traduction française du Traité de musique de Boèce.

Aucun commentaire: